vendredi 11 novembre 2016

Un Jury pour les villes respectueuses de l'Arbre !

"Une association dynamique de l'Arbre, comme la Fédération Internationale de l'Arbre, deviendra à terme incontournable en arboriculture ornementale."

Un Jury sera créé dans les prochains jours pour réaliser le Classement des villes respectueuses de l'Arbre en France en 2017, (experts, journalistes, architectes, paysagistes, citoyens, pépiniéristes, urbanistes, juristes, arboristes, botanistes, ...).
Emulation et Compétition sont au programme pour les collectivités.

Il aura aussi pour mission d'attribuer le "Prix National Arbre durable, Patrimoine & Biodiversité" à une collectivité, et les "Mérites de l'Arbre" à des professionnels "privés."

Matthieu LEMOUZY (Président et Fondateur de l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre) annonce : 
- la fusion prochaine de ses 2 associations (Institut et Fédération).
- que l'agenda 2017 des Colloques Nationaux de l'Arbre sera dévoilé début Décembre.
- que la ville hôte du 3ème Colloque International "Les Arbres en Congrès !" (en Mars 2018) sera dévoilée début Décembre.
- que le "Livret de santé et de gestion de l'Arbre" rédigé par Christian RIBOULET en Sept. 2016 sera diffusé gratuitement par ses associations.
- que la "Charte écologique de l'Arbre" de la ville de Pantin 93 sera mise à disposition de tous.
- que les évaluations des services écosystémiques (modèle i Tree eco) rendus par l'arbre urbain seront pilotées par Wissal SELMI (ingénieur), David NOWAK (USDA, chercheur américain) et ses associations.
- qu'il compte, à terme, (re) créer ce rassemblement regroupant : experts, scientifiques, chercheurs, juristes, arboristes, ingénieurs, techniciens, botanistes, écologues, élus, collectivités, amateurs éclairés ; dynamique et indispensable. 
- qu'il sollicitera et rencontrera candidats et élus (Présidentielles et Législatives 2017). 
Fédération Internationale de l'Arbre



mardi 18 octobre 2016

1er Pacte pour l'Arbre en Ville et dans nos Vies Couplé avec le 1er Plan National "L'Arbre à l'honneur !"

1er Pacte pour l'Arbre en Ville et dans nos Vies
Couplé avec le 1er Plan National "L'Arbre à l'honneur !"
(lancement le 7 Octobre 2016 à Bois d'Arcy 78)


"L'éducation à l'Arbre est la clé de voûte pour réapprendre à vivre avec nos puits à carbone." (M.LEMOUZY).

L'éducation à l'Arbre, cheval de bataille de l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre.

3 Axes : 
1) Education et Formation :
Aujourd'hui il est nécessaire de former les élus, décideurs, et responsables de patrimoine arboré en collectivités pour pallier au manque notoire de connaissance, nous allons créer dans les prochains mois des formations professionnelles continue et initiale. Les colloques nationaux ouverts aux pros et aux citoyens, comme celui de Bois d'Arcy en Octobre 2016, vont se multiplier pour apprendre à gérer l'arbre en connaissance de cause. L'éducation à l'arbre est la clé de voûte pour réapprendre à vivre au quotidien avec nos puits à carbone. Défendre l'arbre, s'opposer à des décisions illégales d'abattage, nous l'avons fait pour les serres d'Auteuil à Paris par le biais de l'expertise de C.Riboulet (expert judiciaire). Au regard du code civil, l'arbre n'est qu'un objet de droit et non un sujet de droit : la proposition de projet de loi Arbres est une nécessité. Une loi dédiée, transversale et globale lui donnant droit à exister (patrimoine vital de l'humanité, réglementation pour la profession d'arboriste-grimpeur, sanctions budgétaire pour les collectivités...) est nécessaire.

2) Action et Législation
Respecter l'arbre ; c'est respecter l'homme. Il reste beaucoup à faire pour sauver l'arbre, notamment avec le volet législatif longtemps mis de côté. L'arbre mérite qu'on se batte pour lui. C'est un combat total et entier, de tous les jours : en toute franchise, avec respect et vérité, sans concessions ni détours en toute indépendance .

3) Mobilisation citoyenne et Projet Collectif
Il s'agit de mobiliser et fédérer citoyens, professionnels et élus autour de la cause de l'arbre, et cela dès l'automne 2016. L'arbre d'ornement est danger dans nos villes et jardins. D'innombrables preuves à l'appui partout en France : tailles drastiques et inutiles, abattages intempestifs et mensongers, ..., dans nos villes et villages. Le désastre arboricole français est une réalité : c'est un fléau mais pas une fatalité. Pour l'enrayer il faut agir maintenant et collectivement. Cette victoire ne pourra se gagner qu'avec une mobilisation citoyenne sans précédent. Il est fort regrettable pour l'arbre que les organisations, plus ou moins liées à l'arbre, soient si peu ouvertes au dialogue. Cependant la porte de l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre reste grande ouverte.


Pacte pour l'Arbre en Ville et dans nos Vies

♣ Collectivités et décideurs :

7 engagements pour l'Arbre

1- Je conserve le quota d'arbres existants.
2- Je favorise la plantation écologique (exemple : procédé naturel de bio-dynamisation des sols de Daniel Soupe), tuteurs ou ancrage de motte bio-dégradable, j'utilise les bactéries endémiques du sol en question pour réussir le mariage SOL/ARBRE.
3- Je gère un arbre en connaissance de cause (exemple : "livret de santé et de gestion de l'arbre", disponible gratuitement). Je réalise un suivi du patrimoine arboré (experts agréés et certifiés) et je me fais conseiller et accompagner (exemple : "Arbres d'Avenir Gestion écologique du patrimoine arboré"). Je mets en place une taille raisonnée et adaptée (arboristes certifiés).
4- Je me forme et je forme agents et élus par le biais de colloques ou de formations (exemple : Fédération Internationale de l'Arbre).
5- Je transmets les connaissance arboricoles et botaniques à tous par le biais d'événements (« Journées Nationales de l'Arbre » ou de colloques (exemple : Fédération Internationale de l'Arbre).
6- J'évalue les services écosystémiques rendus par l'arbre urbain (exemple : Ville de Strasbourg). Je crée une "ville arboretum" (exemple : projet de la Ville de Pantin).
7- Je rédige une charte de l'arbre écologique et réglementaire (exemple : Ville de Pantin 93). Je crée et j'anime un "comité de l'arbre" dans ma ville (exemple : Ville de Metz et Pantin), rassemblant élus, pros, agents, citoyens ; avec pour vocation de conseiller, proposer, autoriser ou interdire.

Si je remplis au minimum 6 des 7 engagements (obligatoirement le n°7) ma ville ou collectivité intégrera le "Classement annuel des villes respectueuses de l'Arbre" et sera pré-sélectionnable pour le "Prix National Arbre durable, Patrimoine & Biodiversité"  et je rejoindrai donc le réseau national du « Pacte Arbre ».

.............................

♣ Citoyens, associations, professionnels :

7 engagements pour l'Arbre

1- Je plante (ou je fais planter) un arbre (en utilisant la règle d'or : la bonne espèce au bon endroit)
2- Je fais le choix du naturel (aucun engrais ni pesticides) pour la plantation et l'entretien de l'arbre.
3- Je mets en place une taille raisonnée (intervention tous les 5ans), je fais appel à des professionnels certifiés
4- Je gère mon arbre en connaissance de cause par le biais du « livret de santé et de gestion de l'arbre «  (œuvre de Christian Riboulet, expert judiciaire), je fais appel à des experts certifiés.
5- Je m'informe lors des « Journées Nationales de l'Arbre » ou de colloques (Fédération Internationale de l'Arbre).
6- Je me forme chez des experts, à la Fédération Internationale de l'Arbre (pour des formations pro continues) ou dans des centres de formation agréés.
7- J'agis pour l'Arbre, pour protéger, conserver et transmettre le patrimoine arboré français aux générations futures : je crée (ou je rejoins) un « comité de l'arbre » dans ma ville ou village ; je mobilise citoyens et décideurs.

Si je remplis au minimum 5 des 7 engagements (obligatoirement le n°7) je deviens « Ambassadeur de l'Arbre » dans ma ville ou village et j'intégrerai donc le réseau national du « Pacte Arbre ».



Nos demandes aux élus ! 

Ce que nous demandons :

C'est solennellement et sur l'honneur que nous vous demandons de réagir et d'agir par le bais des actions concrètes suivantes (bien différentes des "événements éphémères")  :
En France
Nous demandons au gouvernement français d'assumer enfin et pleinement sa responsabilité concernant la thématique de l'Arbre et de sa gestion écologique qui sont pour nous indissociables.
1)- la reconnaissance de l'Arbre (qu'il soit d'ornement, d'agrément, fruitier, forestier...) comme patrimoine vital commun par décret ministériel (Maintenant, preuve de votre bonne foi !). L'attribution de « la palme d'or » du service rendu à la nature et à l'homme, à l'Arbre.
2)- l'Intégration d'une politique de l'Arbre (écologique et durable) au sein de la DGALN (inexistante jusqu'à aujourd'hui). Nous demandons qu'elle soit pilotée par nos associations, elles porteront le projet suivant :
un plan national, sans précédent, pour l'arbre dès 2015 : avec l'intégration de « l'arbre durable et écologique » dans les politiques publiques ainsi que dans les enseignements (aménagements paysagers, pépinières, conceptions, architectures).
3)- la participation dans tous vos projets, événements et actions de scientifiques et d'experts au lieu de cloisonner comme à l'accoutumé à certaines associations (tout le temps les mêmes) ou aux syndicats professionnels. Cela permettra d'élever l'ambition collective et d'apporter des idées novatrices.
Ainsi qu'initier un débat permanent à bâton rompu (totalement absent aujourd'hui) entre tous les acteurs concernés (paysagistes, jardiniers, concepteurs, architectes, experts, techniciens, ingénieurs, écologues, agronomes, botanistes, pépiniéristes, biologistes, naturalistes, élus, citoyens...) pour faire émerger de nouvelles attentes...
4)- la création d'un programme « d'éducation à l'Arbre » obligatoire dans les écoles, établissements scolaires et d'enseignement ainsi que les centres de loisirs. Il sera réalisé par des personnes extérieures, compétentes et qualifiées lors des fameux TAP (Temps d'Activité Périscolaires).
Mais aussi, faciliter et soutenir la création d'arboretum ou de jardin botanique (privé ou public). Accompagner toutes les initiatives (y compris celles venant d'un privé) à caractère innovant et culturel et donc rendre accessible les éventuelles subventions.
En France, en Europe et en U.E
- Que notre association ainsi que la future fédération internationale de l'Arbre, (regroupant citoyens, collectivités, arboristes, étudiants, botanistes, experts, architectes, paysagistes...) soient l'interlocuteur privilégié et unique en matière de protection et de défense des Arbres ainsi qu'en gestion écologique et durable du patrimoine arboré.
- une convention européenne de l'Arbre et commune à tous les pays signataires. Chaque pays sera libre d'y rajouter obligations, interdictions en fonction de ses spécificités par le biais d'une loi nationale (ou autre). Vérification par un organisme de certification.
- de rendre obligatoire dès 2024 la formation (niveau II) « Ingénieur de l'arbre durable et écologique » (que nous allons créer), pour tous les responsables de patrimoine arboré dans les collectivités.
- d'allouer des fonds européens et des fonds spéciaux pour la formation professionnelle. Rendre obligatoire une formation de deux jours chaque année pour les élus et responsables communautaires pour les sensibiliser à l'Arbre et donc éviter à terme "leurs bêtises ridicules."
Et aussi soutenir et faciliter activement la transmission des pépinières botaniques et /ou de collections qui assurent la pérennité du patrimoine vivant.
- la valorisation et la reconnaissance publique des espèces oubliées ou méconnues qui sont déjà acclimatées (ou acclimatables) et ont des intérêts ornementaux incontestables : originales et rustiques elles possèdent des écorces décoratives, des floraisons spectaculaires, des fructifications insolites ou encore des feuillages flamboyants.
- de créer de nouvelles normes (pour les collectivités, entreprises et particuliers) pour que la conception, la plantation ainsi que l'entretien aient lieu dans des conditions optimales (et pour ne plus voir des arbres à côté des lampadaires ou un socle béton autour du tronc...).
- d'établir des sanctions budgétaires (- 5% des dotations nationales, de l'Europe et de l'UE) pour les collectivités qui déviraient du droit chemin à l'horizon 2024 (arbre mal placé, mauvais choix d'espèce, tailles abusives et inappropriées).









Tous droits réservés, toute reproduction partielle ou totale est interdite. Ces documents et informations sont la propriété intellectuelle de l'association Fédération Internationale de l'Arbre.

lundi 10 octobre 2016

1er Plan National "L'Arbre à l'honneur !"

1er Plan National 
"L'Arbre à l'honneur !"
Oct. 2016 - Oct. 2021
couplé avec le "Pacte pour l'Arbre en Ville et dans nos Vies"


L'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre ont décidés d'unir leurs forces et de lancer un plan de travail sur 5 ans ayant pour principales missions : l'éducation à l'arbre, le partage et la transmission des connaissances à tous, intitulé "L'Arbre à l'honneur !", visant à coordonner 12 actions phares sur le territoire national. 


"L'éducation à l'Arbre est la clé de voûte pour réapprendre à vivre au quotidien avec nos puits à carbone." (M.LEMOUZY).

L'éducation à l'Arbre, cheval de bataille de l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre pour "protéger et défendre notre patrimoine arboré."


3 Axes : 
1) Education et Formation :
Aujourd'hui il est nécessaire de former les élus, décideurs, et responsables de patrimoine arboré en collectivités pour pallier le manque notoire de connaissance, nous allons créer dans les prochains mois des formations professionnelles continue et initiale. Les colloques nationaux ouverts aux pros et aux citoyens, comme celui de Bois d'Arcy en Octobre 2016, vont se multiplier pour apprendre à gérer l'arbre en connaissance de cause. L'éducation à l'arbre est la clé de voûte pour réapprendre à vivre au quotidien avec nos puits à carbone. Défendre l'arbre, s'opposer à des décisions illégales d'abattage, nous l'avons fait pour les serres d'Auteuil à Paris par le biais de l'expertise de C.Riboulet (expert judiciaire). Au regard du code civil, l'arbre n'est qu'un objet de droit et non un sujet de droit : la proposition de projet de loi Arbres est une nécessité. Une loi dédiée, transversale et globale lui donnant droit à exister (patrimoine vital de l'humanité, réglementation pour la profession d'arboriste-grimpeur, sanctions budgétaires pour les collectivités...) est nécessaire.

2) Action et Législation
Respecter l'arbre ; c'est respecter l'homme. Il reste beaucoup à faire pour sauver l'arbre, notamment avec le volet législatif longtemps mis de côté. L'arbre mérite qu'on se batte pour lui. C'est un combat total et entier, de tous les jours : en toute franchise, avec respect et vérité, sans concession ni détour en toute indépendance.

3) Mobilisation citoyenne et Projet Collectif
Il s'agit de mobiliser et fédérer citoyens, professionnels et élus autour de la cause de l'arbre, et cela dès l'automne 2016. L'arbre d'ornement est en danger dans nos villes et jardins. D'innombrables preuves à l'appui partout en France : tailles drastiques et inutiles, abattages intempestifs et mensongers, ..., dans nos villes et villages. Le désastre arboricole français est une réalité : c'est un fléau mais pas une fatalité. Pour l'enrayer il faut agir maintenant et collectivement. Cette victoire ne pourra se gagner qu'avec une mobilisation citoyenne sans précédent. Il est fort regrettable pour l'arbre que les organisations, plus ou moins liées à l'arbre, soient si peu ouvertes au dialogue. Cependant la porte de l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre reste grande ouverte.


12 actions : 

1- Organiser des Colloques : - "Les Arbres en Congrès !", colloque international de travail, 2 jours de formation (rythme biennal, la 3ème édition en Mars 2018).
- "Colloque National de l'Arbre" partout en France le Samedi (2€/participant, ouvert à tous public) avec différentes thématiques. 
Le 2ème aura lieu le 25 Mars 2017 à l'arboretum "Les arbres du monde" (29).
Autres dates : 15 Septembre 2017 à St Côme d'Olt (12).
...

2- Attribuer le "Prix National Arbre durable, Patrimoine & Biodiversité" chaque année (une année à un gestionnaire privé, l'année suivante à un gestionnaire public). Récompenser et promouvoir une gestion de qualité et des initiatives novatrices.


3- Piloter les "Journées Nationales de l'Arbre" (JNA), partout en France du 15 Septembre au 30 Octobre avec week-end phare des journées européennes du patrimoine (obtention du label gratuit sur simple demande pour associations, citoyens, entreprises, collectivités)
Animations, ateliers, démonstrations, conférences, ... visant à la promotion et à la valorisation de l'Arbre.

4- Réaliser le Classement annuel des villes les plus respectueuses de l'Arbre. 
25 villes sélectionnées à partir de 2017, un podium à 5. Emulation et compétition sont au programme.
Les tailles drastiques et inutiles ainsi que les abattages intempestifs sont éliminatoires.


5- Promouvoir et diffuser la 1ère Charte écologique de l'Arbre en France (réalisée par la ville de Pantin 93).
Elle sera la référence de l'Institut Européen de l'Arbre, du "Pacte pour l'Arbre en ville et dans nos vies" ainsi que pour les collectivités et professionnels.
Non pas pour la copier, mais bien pour l'adapter à sa ville et au contexte.
"Une charte n'est pas copiable, elle doit être transformable pour l'adapter." 

6- Gérer en connaissance de cause : le "Livret de santé et de gestion de l'Arbre."
Un outil de suivi et un moyen de légitimation.
Le mot « légitimation » est fort,  d’autant que l’arbre n’est, au regard du code civil, qu’un  "objet" de droit et non un « sujet » de droit. Ce sera un moyen de caractériser le végétal dans son état et son évolution maîtrisée par son propriétaire (privé ou public) et lui donner un droit à exister en tant que bien vivant, géré en connaissance de cause, en « bon père de famille ». Une oeuvre inédite de Christian Riboulet (Expert de l’Arbre et Expert judiciaire). à destination du citoyen, gestionnaire, élu, collectivité, expert, ... et diffusé par l'Institut Européen/Fédération Internationale de l'Arbre.

7- Attribuer les Mérites de l'Arbre chaque année.
Récompenser des hommes et des femmes engagés dans la protection et la valorisation de l'Arbre, ainsi que pour la mise en place de démarche innovante ou exemplaire.

8- Organiser des formations professionnelles continues "Gestion écologique du patrimoine arboré" à l'arboretum "Les arbres du monde" (29) dès le printemps 2017.

9- Créer une licence de niveau II "Technicien de l'arbre écologique et durable" pour les gestionnaires de patrimoine arboré dans les collectivités.

10- Réaliser des évaluations, avec des ingénieurs et chercheurs, sur les services écosystémiques rendus par l'arbre urbain, avec l'application du modèle américain i-Tree Eco (USDA, David Nowak).

11- Créer et piloter une plate-forme "SOS Arbres en danger"
Assistance technique et juridique mises à disposition de citoyen, professionnel, élu (assurées par des juristes, experts, scientifiques, écologues, avocats), en cas d'élagage irrespectueux et/ou d'abattage illégal et intempestif (uniquement dans des situations concernant des collectivités).

12- Elaborer la Loi ARBRES : 
Contribuez à élaborer la LOI ARBRES !
Une loi dédié, globale et transversale.
Protéger et défendre le patrimoine arboré (hors-forêts)
La "future" proposition de projet de "Loi ARBRES" sera présentée prochainement, dans sa version définitive. 
Citoyens, professionnels, associations, élus, ... sont conviés à apporter leur pierre à l'édifice.
Les contributions (une page A4 recto au maximum par idée) sont à envoyer avant le 15 Mars 2017 à l'adresse mail : revepatriarbo-asso@laposte.net
Une pétition sera lancée bientôt. 


Nos 2 terrains d'expérimentation, de recherche et d'innovation à ciel ouvert pour l'arbre : 
- l'arboretum "Les arbres du monde au Huelgoat" (29). 
- les jardins historiques du château de Thoiry (78)


Nos demandes aux élus et candidats ! 

Ce que nous demandons :

C'est solennellement et sur l'honneur que nous vous demandons de réagir et d'agir par le bais des actions concrètes suivantes (bien différentes des "événements éphémères")  :
à 6 mois des Présidentielles et à 8 mois des Législatives.
En France
Nous demandons au gouvernement français d'assumer enfin et pleinement sa responsabilité concernant la thématique de l'Arbre et de sa gestion écologique qui sont pour nous indissociables.
1)- la reconnaissance de l'Arbre (qu'il soit d'ornement, d'agrément, fruitier, forestier...) comme patrimoine vital commun par décret ministériel (Maintenant, preuve de votre bonne foi !).
2)- l'Intégration d'une politique de l'Arbre (écologique et durable) au sein de la DGALN du Ministère de l'Ecologie (inexistante jusqu'à aujourd'hui). 
3)- la participation dans tous vos projets, événements et actions de scientifiques et d'experts au lieu de cloisonner comme à l'accoutumé à certaines associations (tout le temps les mêmes) ou aux syndicats professionnels. Cela permettra d'élever l'ambition collective et d'apporter des idées novatrices.
Ainsi qu'initier un débat permanent à bâton rompu (totalement absent aujourd'hui) entre tous les acteurs concernés (paysagistes, jardiniers, concepteurs, architectes, experts, techniciens, ingénieurs, écologues, agronomes, botanistes, pépiniéristes, biologistes, juristes, assureurs, avocats, naturalistes, élus, citoyens...) pour faire émerger de nouvelles attentes...
4)- la création d'un programme « d'éducation à l'Arbre » obligatoire dans les écoles, établissements scolaires et d'enseignement ainsi que les centres de loisirs. Il sera réalisé par des personnes extérieures, compétentes et qualifiées lors des TAP (Temps d'Activité Périscolaires).
Mais aussi, faciliter et soutenir la création d'arboretum ou de jardin botanique (privé ou public). Accompagner toutes les initiatives (y compris celles venant d'un privé) à caractère innovant et culturel et donc rendre accessible les éventuelles subventions.
En France, en Europe et en U.E
- Que nos associations (regroupant citoyens, collectivités, arboristes, étudiants, botanistes, experts, architectes, paysagistes...) soient un interlocuteur privilégié en matière de protection et de défense des Arbres ainsi qu'en gestion écologique et durable du patrimoine arboré.
- une convention européenne de l'Arbre et commune à tous les pays signataires. Chaque pays sera libre d'y rajouter obligations, interdictions en fonction de ses spécificités par le biais d'une loi nationale (ou autre). Vérification par un organisme de certification.
- de rendre obligatoire dès 2024 la formation (niveau II) « Technicien de l'arbre écologique et durable » (que nous allons créer), pour tous les responsables de patrimoine arboré dans les collectivités.
- d'allouer des fonds européens et des fonds spéciaux pour la formation professionnelle. Rendre obligatoire une formation de deux jours chaque année pour les élus et responsables communautaires pour les sensibiliser à l'Arbre et donc éviter à terme des "bêtises ridicules."
Et aussi soutenir et faciliter activement la transmission des pépinières botaniques et /ou de collections qui assurent la pérennité du patrimoine vivant.
- la valorisation et la reconnaissance publique des espèces oubliées ou méconnues qui sont déjà acclimatées (ou acclimatables) et ont des intérêts ornementaux incontestables : originales et rustiques elles possèdent des écorces décoratives, des floraisons spectaculaires, des fructifications insolites ou encore des feuillages flamboyants.
- de créer de nouvelles normes (pour les collectivités, entreprises et particuliers) pour que la conception, la plantation ainsi que l'entretien aient lieu dans des conditions optimales (et pour ne plus voir des arbres à côté des lampadaires ou un socle béton autour du tronc...).
- d'établir des sanctions budgétaires (- 5% des dotations nationales, de l'Europe et de l'UE) pour les collectivités qui déviraient du droit chemin à l'horizon 2024 (arbre mal placé, mauvais choix d'espèce, tailles abusives et inappropriées).


samedi 8 octobre 2016

Les « Arbres en congrès », entre angoisse et espoir


PAYSAGE 

Les « Arbres en congrès », entre angoisse et espoir

Mots clés : 

Bois

 -

Démarche environnementale

Les « Arbres en congrès » ont surfé entre deux vagues, les 6 et 7 octobre à Jouy-en-Josas et Bois-d’Arcy (Yvelines) : l’angoisse écologique planétaire d’un côté, et de l’autre la dynamique portée par les défenseurs des plantes qui dominent l’homme par leur taille comme par leur espérance de vie.
Avec son plaidoyer pour la sauvegarde et la renaissance de la ceinture verte tropicale, l’ingénieur suisse Ernst Zürcher, professeur en sciences du bois à la haute école spécialisée bernoise, a posé les enjeux mondiaux des « Arbres en congrès », le 6 octobre à Jouy-en-Josas : une manifestation marquée par deux jours de conférence, mais aussi par un appel lancé aux pouvoirs publics en faveur d’un statut juridique approprié aux services rendus par l’arbre, stockeur de carbone et climatiseur naturel. L’intervention inaugurale a donné sa dimension planétaire au colloque impulsé par Matthieu Lemouzy, président de la Fédération internationale de l’arbre créée en 2015.

Réamorcer la pompe climatique


« Les forêts génèrent 45 % des précipitations mondiales », a rappelé le professeur Zürcher avant d’évoquer le fonctionnement de la pompe climatique amazonienne : l’humidité émise par évapotranspiration, au-dessus de la forêt, crée un appel d’air en provenance de l’Atlantique. Le mur de la cordillère des Andes détourne ces masses vers la droite pour donner naissance au Gulf Stream qui vient tiédir les côtes bretonnes.
A partir de quel seuil de déboisement cette pompe cessera-t-elle de fonctionner ? L’urgence de travailler sur l’écosystème terrestre justifie l’appel d’Ernst Zürcher à un reboisement à grande échelle, en particulier sur les 7000 km de la ligne Dakar Djibouti. « L’argent disponible existe : rien n’interdit d’orienter les flux financiers en direction d’une ruée vers l’or vert, pour créer des villages de planteurs d’arbres sur les 15 millions d’hectares concernés », s’enthousiasme l’ancien chef de projet de la coopération suisse au développement.

Stimuler la diversité fonctionnelle


Le témoignage de Stéphane Person, consultant formateur sous la raison sociale de Forest Goods Growing, a montré d’autres vecteurs d’espoir en provenance du sud, et dissimulés sous un sigle de technocrate : les PFNL, ou produits forestiers non ligneux. Parmi les nombreux exemples évoqués, une success story féminine symbolise le message : « Dans le Maroc d’Hassan II, cette personne cherchait des conseils pour monter une coopérative de transformation des noix d’arganier, un arbre qui fournit aussi un très bon bois de feu et du fourrage pour les chèvres. 20 ans plus tard, deux coopératives couvrent le territoire du pays et la régulation des conflits d’usage s’est organisée, pour préserver les multiples fonctionnalités de l’arbre », témoigne l’agronome spécialisé dans le développement rural.

Redéployer les trognes en ville


En France, la renaissance de « l’arbre paysan » offre une autre piste multifonctionnelle chère à Dominique Mansion : dans son livre sur « La Trogne », ce dernier a recensé plus de 200 dénominations pour cette technique de conduite utilisée pour des clôtures vivantes qui hébergent les insectes, oiseaux ou chauve-souris, auxiliaires de la production agricole. Peut-on imaginer une renaissance urbaine de l’arbre paysan ? « Cette hypothèse se heurte à la responsabilité de l’élu, face à la peur, même sans fondement, suscitée par l’arbre creux en ville. Héritier de l’art des jardins des XVIIIème et XIXème siècle, l’arbre urbain d’aujourd’hui cherche la hauteur », prévient Christian Riboulet, expert judiciaire spécialiste de ce sujet. Ce débat a marqué la table ronde animée par Paysage Actualités à la fin de la première journée du congrès. Mais la trogne urbaine n’a peut-être pas dit son dernier mot : « Le regard change », espère Dominique Mansion.
Pour stimuler ces nouveaux regards, Matthieu Lemouzy annonce un rythme biennal pour les prochaines éditions des « Arbres en congrès », qui quitteront la région parisienne à partir de 2018.

Focus

Quatre « Mérites de l’arbre 2016 »

Les « Arbres en congrès » ont offert l’occasion de récompenser quatre initiatives qui illustrent les objectifs de la fédération internationale de l’arbre. Voici le palmarès de ces Mérites :
Christian Riboulet, expert judiciaire et rédacteur du « livret de santé et de gestion de l’arbre », 
Malo Dormont, artisan de la réouverture de l’arboretum Arbres du monde, à Huelgoat dans le Finistère.
Daniel Soupe, inventeur du procédé de biodynamisation des sols expérimenté par la ville de Pantin (Seine-Saint-Denis) sur son patrimoine arboré.
Wissal Selmi, qui a appliqué le modèle américain I-tree Eco à Strasbourg, pour y évaluer les services écosystémiques rendus par l’arbre urbain.